Le Carillon d'Angélus 2020 Saint-Emilion

 

 

 

Epuisé

Livraison 1er semestre 2023

Notes dégustateurs

  • Anthocyanes / Y.Castaing : 92-94/100
  • J. Suckling : 94-95/100
  • Bettane & Desseauve : 93-94/100
  • Terre de Vins : 92-93/100
  • Decanter : 92/100
  • Wine Advocate : 90-92/100
  • Jeb Dunnuck : 91-93/100
  • Vinous – N.Martin : 92-94/100
  • Le Figaro Vin : 92-94/100
  • Vinous - A.Galloni : 92-94/100

Né en 1987 comme le petit frère du prestigieux Château Angélus, Le Carillon d'Angélus s’affranchit progressivement de son statut de second vin, au fil de son ascension en termes de qualité - plus de structure, de profondeur… - et en termes de volumes - la surface consacrée à la production de Carillon a doublé en quelques années, atteignant aujourd’hui 18 hectares. Le travail se fait dans un nouveau chai dédié, un bâtiment de 5500 m2 situé à Saint-Magne de Castillon, ce qui implique une production en appellation Saint-Emilion. Le cuvier - des cuves inox tronconiques inversées et gravitaires - permet de travailler au plus près du parcellaire. Dans le chai d’élevage, le vin vieillit 16 mois en barriques (60% neuves).
Assemblage de merlot et cabernet franc, le vin dévoile ses notes suaves de fruits mûrs frais qui se mêlent aux fines nuances grillées et mentholées de l’élevage, dans une structure de petits tanins serrés, délicats et soyeux.

Le Château Angélus a atteint le rang suprême du classement de Saint-Emilion en 2012. L’ascension progressive effectuée par le cru ces 20 dernières années est due au travail remarquable d’Hubert de Boüard de Laforest, dont la famille possède le domaine depuis le 17e siècle. Ambitieux et innovant, il a su métamorphoser la propriété et ses vins pour en faire des nectars recherchés par les amateurs du monde entier. En 2015, sa fille, Stéphanie de Boüard-Rivoal, a pris la direction du château, rejointe par Jean-Bernard Grenié.
Planté sur le coteau argilo-calcaire sud de Saint-Emilion, le vignoble dédié au grand vin compte 27 hectares, en cours de conversion bio : merlot (53%) et cabernet franc (47%). Il donne des vins suaves aux tanins soyeux, qui jouent la carte du fruit dans toute sa richesse, avec les fines notes mentholées et toastées de l’élevage (22 mois, essentiellement en barriques neuves, le reste en foudres de 30 hl). Ces vins sont promis à une très longue garde.

"Un grand saint-émilion 2020, tendre, élégant, déjà accessible. Les arômes de fruits rouges se mêlent à des notes de fruits à noyau, de poivre et d’épices. En bouche on retrouve des tanins suaves, veloutés, avec une touche acidulée qui donne une longueur et une sapidité remarquables. Nous saluons particulièrement la gestion de l'élevage, qui ne vient absolument pas marquer ni resserrer le vin." Le comité de dégustation Chateauprimeur